Les gammes (2) : Comment les construire avec Y

Illustration page les gammes

Comme dit dans l’article précédent, la notion de ‘gamme’ ici sera limitée aux gammes diatoniques, cad d’une succession de 7 notes ordonnées selon une structure définie sur l’étendue d’une octave. Voici un moyen simple et efficace de construire une gamme Majeure à l’aide des curseurs Y.

Je vous propose, comme je l’ai déjà fait dans un article précédent, de télécharger le fichier maître et de suivre les instructions de découpage; rien de bien compliqué.  😉
https://fichesmusique.files.wordpress.com/2016/02/2015-11-fichier-maitre.pdf
Ce document vous permettra de monter n’importe quelle gamme, accord, etc.

Monter une gamme Majeure avec règle et curseur

En vision Y, une gamme est une succession d’écarts en demi-tons (Dt). Cette succession se répète d’une octave à l’autre. La structure en Dt de la gamme, ou « Échelle interne »  sera notée Ei( ) avec les nombres en Dt qui séparent deux notes consécutives.
L’Ei est donc une indication qui indique l’ajout successif de un ou plusieurs Dt relativement à la valeur Y précédente.

Pour construire une gamme Majeure, on fait coïncider la Tonique du curseur sur la note voulue de la règle : Les flèches indiquent les autres notes pour reconstituer la gamme complète.

Gamme de DO Majeur :
curseur gamme DO Majeur

Gamme de MI Majeur :
curseur gamme MI Majeur
On a la confirmation visuelle que les deux gammes utilisent le même Ei(2 2 1 2 2 2 1). Toute gamme ‘calquée’ sur le curseur sera une gamme Majeure, quelle qu’en soit la Tonique.
Ces gammes sont constituées de 7 notes, choisies parmi les 12 existantes (diatoniques et altérées). Il existe aussi des gammes ‘Pentatoniques’ constituées de 5 notes, qui sont particulièrement appréciées des guitaristes. J’en parlerai plus tard, car il est difficile de capter l’intérêt des gammes pentatoniques si on n’a pas saisi les bases de la construction des gammes diatoniques.

Rappel sur deux notions concernant les gammes :

  • Le ton : C’est la note par laquelle commence la gamme.
    La première note d’une gamme est appelée la ‘Tonique’ ou degré I (En chiffres romains)
  • Le mode : C’est la façon dont les écarts en Dt sont placés à l’intérieur de la gamme à partir de la tonique. Dans le déroulement d’une suite de notes, l’oreille enregistre la 1ère note jouée et toutes les notes jouées ensuite seront jaugées par rapport à cette Tonique. Cette notion est capitale, elle conditionne toute notre expérience musicale.

Dans le cas de la gamme de DO Majeur, nous avons l’Ei suivante : Ei( 2  2  1  2  2  2  1 )

C’est cette échelle, cette structure, qui va donner le ‘mode’ de la gamme, sa couleur, son atmosphère. C’est ce qui va nous permettre de reconnaître spontanément un mode autre que celui Majeur

Dès lors, on peut définir une gamme par son ton (MI, par exemple) et par son mode (Majeur, pourquoi pas). On l’appellera ‘gamme MI Majeur’. Si on utilise cette gamme pour faire un morceau, il suffira de préciser ‘c’est en MI Majeur’ et on saura quelles notes jouer, puisque toutes les notes qui la composent sont données par :
l’Ei( 2  2  1  2  2  2  1 ) en partant de la Tonique mi,
soit mi  fa#  sol#  la   si   do#  re#.
Par défaut, une gamme est Majeure. Si on dit « C’est en SOL », on sous-entend SOL Majeur. En revanche, on précisera SOL mineur si c’est le cas.

Avez-vous remarqué que j’écris Majeur avec un M majuscule ? C’est exprès, pour bien le différencier du m de mineur qui est, lui, toujours en minuscule.

Combien de gammes existe-t-il en tout?

Un nombre renversant. 🙂 Mais douze rien que dans les gammes diatoniques Majeures. Si vous voulez un aperçu des gammes répertoriées, regardez ici chez solfego.fr.
Il est intéressant de comprendre de quelle façon elles sont structurées pour les utiliser sans passer des nuits entières à essayer de trouver trois accords qui vont bien ensemble.
C’est pourquoi j’insiste tellement sur la gamme de DO Majeur : C’est elle qui va être le point de départ à l’étude des gammes, celle qui servira de modèle, de référence.

Les curseurs sont modifiables à l’infini (ou presque) et permettent de créer l’échelle correspondante  à n’importe quel type de gamme.

Récap :
On désigne une gamme par son type (diatonique, pentatonique, ou autre),
puis par son ton (la première note qui la compose : do, ré#, etc..),
puis par son mode (Majeur, mineur, ou autre )

On peut embrayer sur la gamme de DO Majeur.


logo-pdf


sondage

Publicités

Auteur : Yves Blasquez

Autodidacte donc curieux, j'ai toujours préféré les chemins de traverse aux nationales. Mes différents sites disséminés sur la toile racontent mes promenades.

Un avis, une remarque ? C'est à vous.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s